Le shinrin-yoku, ou pourquoi vous vous sentez bien en forêt?

La sensation du vent sur votre peau, le bruit de vos pas, des oiseaux ou des feuilles qui se balancent, les différentes arômes de mousse, de bois, de terre et les teintes de verts et de bruns apaisent la vue, en tamisant la lumière.

Avez-vous déjà pris conscience du relâchement des épaules et de la mâchoire ainsi que de l’approfondissement de votre respiration, lorsque vous vous retrouvez en forêt?

Tout ça, inconsciemment, parce que la forêt est un véritable refuge. Elle appelle au ressourcement, tout citadin en mal d’oxygène. En délaissant le brouhaha de la ville, des médias sociaux et de la technologie pour se retrouver en nature, nous reprenons contact avec l’essentiel : notre vie.

Voilà en quoi consiste le shinrin-yoku, ou bain de forêt; une thérapie toute simple, mais essentielle, à faire chaque fois que possible, afin de se distancier du stress de la vie urbaine et tirer profit de tous les bienfaits que nous apporte les arbres, les animaux, le vent, la terre sous nos pieds. 

C’est quoi le “shinrin-Yoku” ?

En japonais, « shinrin » signifie forêt, et « yoku » signifie bain. Donc, c’est tout simplement l’art de prendre un bain de forêt.

Ces bains de forêts auraient des bienfaits innombrables sur la santé -mentale et physique. C’est d’ailleurs le sujet d’étude principale du Dr Qing Li, qui mène des études sur le sujet au Japon depuis 1982.

Le principe est simplissime, mais essentiel: un grand nombre de maux et de maladies sont associées au stress. Le principe du Shinrin-Yoku, qui consiste simplement à reprendre contact avec la nature, apporte un apaisement rapide de plusieurs symptômes.

L’un d’entre eux - qui est presque immédiat - est la réduction du taux de cortisol dans le sang (hormone du stress). Certaines recherches tendent aussi à démontrer que les symptômes dépressifs peuvent diminuer en nature.

Une bonne dose de phytoncides 

 

Les phytoncides sont des molécules excrétées par les arbres. Elles jouent un rôle de défense contre les bactéries et autres fongicides néfastent pour les arbres. Le biologistes Russe derrière cette découverte (Boris Petrovich Tokin) émet l’idée que phytoncides et les phytohormones permettraient également aux arbres de “communiquer” entre eux.

Comment on fait ?

Il suffit d'effectuer une lente promenade dans les bois ou dans un milieu naturel, et de se connecter à l’environnement avec tous nos sens. Pas besoin de réfléchir à comment faire; il suffit tout simplement de se détendre et de se laisser guider par le sentiment de bien-être qui envahit notre corps et nos sens.

Éteignez toute technologie (téléphones cellulaires, appareils photo), ainsi que toutes les sources de distraction possibles, le but étant de se déconnecter de la vie urbaine, afin de se connecter à autre chose.

Prenez le temps de regarder la mousse sur les roches, repérer les différentes variétés de champignons que vous rencontrerez, écouter le son du ruisseau, toucher aux arbres, aux pierres… Prenez votre temps. 

Conclusion

La pratique du shinrin-yoku est simple, peu coûteuse et efficace. Elle commence à gagner en popularité en Amérique du Nord, où nous sommes tous en quête de solutions pour diminuer notre stress et notre anxiété.  

En savoir plus

Lecture: Dr Qing Li: Shinrin Yoku, l’art et la science du bain de forêt.

Au Québec: l’organisme Shinrin-Yoku Québec organise des sorties en forêt  http://www.shinrin-yoku-quebec.org/ 

1 commentaire

In forest we are most nearest to the mother nature. A clear and happy soul turns us mesmerizing.
Stacey 12 octobre 2019

Ecrire un commentaire

Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés